Le chemin n’existe pas


« L’allure de la marche trahit si l’on est sur sa voie; regardez-moi marcher! Mais quand on approche du but, on danse » Ainsi parlait Zarathoustra, Friedrich Nietzsche

Voilà ce que je pourrais dire de cette première expérience sur le chemin de Compostelle, entre Saint Jean Pied de port et Roncevaux. Première étape tyrannique, qui au bout de quelques minutes m’a fait oublier les raisons pour lesquelles j’étais là.

Les réflexions disparaissent,  je cesse de regarder au loin pour me concentrer sur mes pieds. Ils battent le rythme, musique lourde et lente. Je ne vois plus rien avec mes yeux, l’inspiration n’est pas là mais je prends des notes photographiques. Cela m’allège un peu, ce sont des traces de ce que je ressent. Jusqu’à la fin je n’ai qu’une idée en tête, oublier mon corps pour arriver au but que nous nous sommes donnés: Passer de l’autre coté de la montagne.

Copyrighted Image Olivier Thébaud