Les Palestiniens

Les Palestiniens Photographie d’une terre et de son peuple de 1839 à nos jours

Elias Sanbar

othebaud-palestiniens-9-sur-10

Le Palestinien longtemps escamoté de son paysage
Il a fallu trois décennies à l’écrivain, historien et universitaire palestinien Elias Sanbar pour élaborer, en exil, ce livre d’images personnel et engagé. Le livre d’Elias Sanbar, Palestiniens, la photographie d’une terre et de son peuple de 1839 à nos jours, est passionnant, sous quelque angle qu’on le prenne. Humainement, d’abord. Il y a quelque chose de bouleversant à entrer dans la peau d’un Palestinien exilé pour tenter de comprendre, à défaut de l’éprouver, le manque venu de son déracinement forcé : s’imagine-t-on, pour ne prendre qu’un exemple, ce que représente l’impossibilité de mettre un visage sur des grands-parents, de retrouver leurs tombes dans un cimetière pillé ?….

…“La première Intifada est marquée par la dangereuse chorégraphie des lanceurs de pierre, documentée par des clichés ne montrant rien : ” Ni le lanceur, ni l’occupant entre lesquels les photographes ont choisi de s’interposer “, remarque Elias Sanbar. En tout cas, le peuple, ses enfants deviennent soudain extraordinairement visibles pour l’artiste Patrick Tosani, pour le reporter Jean-Claude Coutausse, pour des photographes comme Olivier Thébaud, Joss Dray ou Antoine d’Agata dont les oeuvres, soigneusement choisies, ne dénaturent pas le propos de l’auteur.”

Magali Jauffret

 

 

Palestiniens, la photographie d’une terre et de son peuple de 1839 à nos jours, par Elias Sanbar.
Éditions Hazan. 400 pages, 650 illustrations.
prix indicatif : 59 €

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Copyrighted Image Olivier Thébaud