Etat de Siege

Etat de siège

MAHMOUD DARWICH
OLIVIER THEBAUD

En janvier 2002, reclus à Ramallah, Mahmoud Darwich a écrit ce poème, composé d’une centaine de fragments, en réaction à l’offensive de l’armée israélienne dans le territoire palestinien autonome.
Poème immédiat, où chaque fragment capte un moment, une scène, une pensée fugitive, il ne marque pas moins le début d’une nouvelle étape dans l’itinéraire du poète.
Les images de Palestine d’Olivier Thébaud sont le fruit de six voyages en Cisjordanie et à Gaza durant les trois dernières années. Elles n’illustrent pas le poème, mais le prolongent d’un douloureux témoignage sur le paysage dévasté où il est né.

 

Mahmoud Darwich
Olivier Thebaud
Etat de siège
Éditions Actes Sud
mars 2004 / 15 x 20,5 / 144 pages
ISBN 978-2-7427-4804-4 / AS0452

Derniers exemplaires disponible:

Sur FNAC.COM

 

 

 

Etat de Siège
Cette photographie-là n’arrive pas par hasard dans ce livre-là. Sans doute la texture de ce poème, de nature visuelle, s’apparente-t-elle particulièrement bien à ce témoignage photographique pris sur le vif. Il se trouve que l’essence de cette photographie-là, en prime, est poétique. Peut-être parce que démarquée de l’imagerie stéréotypée qui fait invariablement de la Palestine un théâtre d’affrontement avec photos coups de poing ou un lieu des écritures avec images bibliques, elle choisit de privilégier les temps faibles, de s’attarder, dans ce qui peut sembler hors champ. En réalité, c’est la vie, plus forte que tout, qui est là radicalement cadrée. Au coucher du soleil, l’atmosphère est pesante, le paysage dévasté, mais on continue d’allumer du feu dans les pierres pour préparer le thé.
Magali Jauffret

Palestinian farmers, Hebron’ suburd / Paysans palestinien. dans les faubourgs d’Hebron.

State of siege

This photography does not arrive accidentally in this book. Doubtless the texture of this poem, visual nature, is particularly well similar to this photographic testimony taken on the deep. It turns out that the essence of this photography, in addition, is poetic. Maybe because marked down by the stereotypical imaging which makes invariably of Palestine a theater of confrontation  photographs or a place of writings with biblical images, it chooses to favor the weak times, to linger, in what can seem off-camera. In reality, that’s life, stronger than everything, which is centred there radically. At sunset, the atmosphere is heavy, the destroyed landscape, but we continue to light of the fire in stones to prepare the tea.

Magali Jauffret

 

Copyrighted Image Olivier Thébaud